Aujourd’hui, les examens de diagnostiques ont changés et « le test du bain chaud » n’est plus utilisé en pratique clinique.

Mais il y a une certaine logique à cette technique primitive : la chaleur pourrait aggraver les symptômes de la SEP.

Que se passe-t-il lorsque votre température corporelle augmente ?

Peut-être avez-vous remarqué qu’après une course à pied, votre vision se brouille plus que d’habitude, ou qu’en quittant votre douche chaude, vous avez du mal à penser clairement. Ou encore vous découvrez qu’après une séance de bronzage, vous ressentez soudainement un pic de fatigue.

Il a été constaté que la chaleur aggravait les symptômes de la SEP chez plus de la moitié des personnes diagnostiquées. Les symptômes les plus fréquemment évoqués sont la fatigue, une vision floue, des problèmes d’équilibre, la faiblesse, l’engourdissement et les troubles cognitifs.

Avant de décider de ne plus jamais quitter votre maison ou votre voiture climatisée - il est important de noter que cette aggravation des symptômes est temporaire - la chaleur ne contribue pas à l’évolution de la maladie.

En effet, on pense que la chaleur affecte de façon réversible les nerfs du système nerveux central (Cerveau et moelle épinière), déjà endommagés par la SEP, en ralentissant la transmission et la réception des messages nerveux vers et à partir de différentes parties du corps.

Qu’est-ce qui est considéré comme une surchauffe ?

Des études ont montré que même des changements de votre température centrale de 0,25°C à 0,5°C pourraient accentuer vos symptômes.

La surchauffe peut résulter de nombreuses activités que vous effectuez au jour le jour.

Certains changements de température sont sous votre contrôle. Cela pourrait être du jardinage sous le soleil chaud de l’été. Cela pourrait être une course à pied. Il peut également s’agir de prendre une longue douche chaude ou encore la chaleur produite par une colère à la suite d’une querelle avec un ami.

Certains de ces changements de température sont hors de votre contrôle. Si vous souffrez d’une infection, votre température corporelle augmentera, de même qu’avant et après les menstruations, cette augmentation est causée par une élévation de votre taux d’hormones.

Comment éviter la surchauffe ?

Essayer de gérer les symptômes de la SEP peut être frustrant. On vous encourage à faire de l’exercice pour améliorer vos symptômes moteurs, mais vous risquez de souffrir de la fatigue induite par la chaleur ou d’une vision floue si vous faites trop d’efforts. On vous dit que la lumière du soleil améliorera votre pronostic, mais la chaleur du soleil pourrait aggraver votre fonction cognitive.

Il s’agit de trouver un équilibre entre ce qui est bénéfique et ce qui est nuisible à votre bien être.

Vous pouvez et devriez toujours faire des exercices, mais préférez en faire lorsque les températures sont plus fraîches, comme le matin ou le soir. Vous pouvez également porter des vêtements frais ou légers et qui laissent respirer votre corps. Le pré-refroidissement par immersion de vos membres dans de l’eau froide pourrait également empêcher votre température centrale d’augmenter pendant l’exercice. On suggère également l’exercice de résistance qui produit moins de chaleur que l’exercice aérobic.

Bien que vous ne puissiez pas contrôler les changements de saison et de température, investir dans un climatiseur peut vous aider à avoir le contrôle sur la température de votre maison. Pensez également à planifier à l’avance votre journée pour éviter de vous retrouver à l’extérieur aux heures les plus chaudes.

Si vous ressentez une surchauffe, vous pouvez faire baisser votre température avec une boisson froide ou une douche, ou opter pour le vieux classique - le pack de glace !

Votre sensibilité à la température est unique. Vous êtes peut-être même l’une des rares personnes atteintes de SEP qui présentent des symptômes plus graves, notamment de spasticité, dans des températures plus froides que chaudes.

Il est donc important de rester réceptif à ce que vous dit votre corps. Vos symptômes sont là pour vous avertir qu’il est temps de faire une pause, de retourner à l’intérieur et de prendre un grand verre d’eau froide !

Auteur de l’article : Olivia Miossec
Master of Science

Bibliographie

  1. Davis, S. L., Wilson, T. E., White, A. T., & Frohman, E. M. Thermoregulation in multiple sclerosis. Journal of Applied Physiology. 2010; 109(5): 1531-1537.

  2. Flensner, G., Ek, A. C., Söderhamn, O., & Landtblom, A. M. Sensitivity to heat in MS patients: a factor strongly influencing symptomology-an explorative survey. BMC neurology. 2011; 11(1)

  3. Multiple Sclerosis Society [Internet]. Temperature and MS [Cited 17 October 2017]. Available from: https://www.mssociety.org.uk

  4. National Multiple Sclerosis Society [Internet]. Heat and Temperature Sensitivity [Cited 17 October 2017].
    Available from: https://www.nationalmssociety.org

  5. Skjerbæk, A. G., Møller, A. B., Jensen, E., Vissing, K., Sørensen, H., Nybo, L., … & Dalgas, U. (2013). Heat sensitive persons with multiple sclerosis are more tolerant to resistance exercise than to endurance exercise. Multiple Sclerosis Journal, 19(7), 932-940.