Si vous vivez actuellement avec la SEP, vous avez probablement ressenti des difficultés en marchant ou des pertes d’équilibre, ce qui a rendu de simples activités quotidiennes comme aller au supermarché, faire un footing ou même jardiner, souvent difficiles, voire dangereuses et parfois carrément impossibles.

Comment la SEP affecte-t-elle ma mobilité et mon équilibre au quotidien ?
Il y a plusieurs raisons pour lesquelles vous ne pouvez plus marcher avec la même assurance qu’avant ou que vous vivez maintenant avec la peur constante de tomber.

La SEP, en endommageant vos nerfs, détériore la communication entre le cerveau et les muscles. En l’absence de signal de votre cerveau, vos muscles peuvent trop se contracter (spasticité musculaire) ou pas assez (faiblesse ou parésie). Dans ce dernier cas, vous pouvez avoir du mal à lever les jambes en marchant, phénomène connu sous le nom de « syndrome des jambes lourdes ». Avec cette perte de contrôle sur votre fonction musculaire et votre coordination, votre mobilité et votre équilibre sont affectés. Il existe une myriade d’autres symptômes liés à la SEP qui peuvent affecter votre mobilité et votre équilibre. Une vision floue ou une perte de sensation dans votre pied, que vous ressentirez comme un engourdissement, peuvent contribuer à vous sentir hésitant et instable, tandis que la fatigue peut affecter votre endurance physique.

Que puis-je faire pour gérer et améliorer ces symptômes ?
Comme votre mobilité est de plus en plus altérée, vous serez de moins en moins enclin à avoir une activité physique. Ne cédez pas à cette tentation ! Sortir et faire travailler vos muscles est exactement ce que vous devez faire ! L’exercice régulier et la physiothérapie peuvent grandement améliorer l’équilibre et la force des muscles. S’étirer est l’un des meilleurs moyens de gérer la rigidité musculaire. Des exercices de renforcement peuvent aider à améliorer l’équilibre et à rétablir votre confiance en vous. Si l’exercice physique est difficile, par exemple si vous êtes en fauteuil roulant, pratiquer dans une piscine est une possibilité.

De nombreux médicaments et ou appareils d’assistances sont disponibles pour pallier vos diverses déficiences musculaires et améliorer votre quotidien. Discutez avec votre médecin de l’option qui convient le mieux pour vos symptômes.

Bien que ce ne soit pas forcément à la mode, il est important de porter des chaussures plates qui vous procureront plus de confort et une meilleure stabilité au sol.
Si vous vous sentez mal à l’aise ou si vous souffrez du « syndrome du pied tombant », vous devrez peut-être utiliser une canne ou une attelle. Dans certains cas, il est utile de porter un appareil de stimulation électrique fonctionnelle alimenté par une batterie ; ce dispositif envoie de courtes impulsions de stimulation électrique aux muscles du mollet, ce qui facilite la marche et réduit les risques de trébucher ou de tomber.

J’ai peur de tomber, comment puis-je adapter mon domicile ?
Les symptômes de la SEP peuvent être imprévisibles et, malheureusement, ils sont parfois là pour rester. Vous pouvez vous sentir enclins à les ignorer ou à essayer de les intégrer dans la vie que vous aviez l’habitude de mener. Cela conduira à la frustration, et dans le pire des cas, à la chute.
Il est important pour vous d’apprendre à accepter et à cohabiter avec ces symptômes !
Changez votre routine et votre environnement afin de vous adapter à vos symptômes.
À la maison, par exemple, veillez à ne pas encombrer les endroits où vous marchez. Des ajustements simples tels que le déplacement des cordons électriques et des câbles téléphoniques, la fixation au sol des tapis ou la suppression de tout meuble susceptible de vous faire trébucher, vous aideront à vous déplacer en toute sécurité. D’autres modifications peuvent être envisagées : la fixation d’une deuxième rampe dans l’escalier, l’installation d’une barre d’appui et d’une chaise de douche dans la salle de bain, l’acquisition d’un siège de toilette surélevé ou encore celle d’une pince « rallonge-bras » pour attraper les objets par terre ou sur les étagères…

Auteur de l’article : Sharmeen GETTNER BROUN
PhD, Medical Writer

Bibliographie

  1. Dalgas U, et al., Resistance training improves muscle strength and functional capacity in multiple sclerosis. Neurology 2009; 73: 1478–1484.
  2. Motl RW, et al. Is physical exercise a multiple sclerosis disease modifying treatment? Expert Review of Neurotherapeutics. 2016; 16: 951.
  3. National Multiple Sclerosis Society. Exercise as part of everyday life. https://www.nationalmssociety.org/
  4. Souza A, et al., Multiple sclerosis and mobility-related assistive technology: systematic review of literature. J Rehabil Res Dev 2010;47:213–223.
  5. Sutliff M, Bethoux F. The role of physical therapy: Strategies to enhance mobility and safety and conserve energy. In: Giesser BS, ed. Primer on Multiple Sclerosis. New York, NY: Oxford University Press; 2011:107-126.